29 mars 2018

Entendons-nous bien : pas question de remettre en cause la qualité de l’événement de l’année pour les professionnels des réseaux de toute nature et leurs candidats, le plus important salon de la franchise européen avec ses quelque 35 000 visiteur, ses presque 550 exposants, représentant environ 90 secteurs d’activité. Cela n’engage que moi, bien sûr, mais la nostalgie se situe ailleurs…

Je viens d’ailleurs de passer trois jours formidables de suite dans les allées du salon. Ce qui n’a jamais changé et s’est même confirmé, c’est que Franchise Expo est bien, chaque année et plus que jamais « The place to be ». Et il faut sans aucun doute rendre hommage à ses organisateurs, qui sont vraiment d’immenses professionnels.

Non, pour avoir échangé avec beaucoup d’exposants et de professionnels de la franchise dont certains étaient là, comme moi, depuis de nombreuses années, s’il y a bien un point sur lequel nous sommes assez unanimes, c’est celui-ci : il y a moins d’ambiance qu’avant au salon !

Franchise Expo reste évidemment incontournable. Mais on s’y amuse moins…

Sans tomber dans le syndrome du « c’était mieux avant » un peu facile de la part d’un vieux briscard de la franchise, je trouve (et je ne suis pas le seul) que le salon a vraiment perdu de son côté ludique. Il est bien moins festif qu’au cours des années 2000, par exemple.

Plus vraiment de stands délirants, finis les défilés de mode, les distribution ou de vente de produits échevelées en fin de salon. Beaucoup moins de surprises croisées dans les allées, comme le célèbre hippopotame rondouillard, le perroquet multicolore de Mikit ou les anges un peu affolants de Victoria’s Secret.

Presque finis ou désespérément encadrés, les réceptions plus ou moins improvisées de fin de journée ou de fin de salon. J’ai trouvé, pour ma part (et je ne suis apparemment pas le seul) qu’on s’amusait moins qu’avant au salon et que le « tout business » avait totalement pris le dessus sur la dimension ludique de Franchise Expo.

Enfin, c’est juste de mon point de vue spontané de retour du salon. Après tout, c’est peut-être l’époque ou le climat actuel qui veulent ça… Et vous, qu’en pensez-vous ?